Cléo Schweitzer

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 28 mai 2016

INTERVENTION SUR LE RAPPORT D’ACTIVITE 2014 DU SYNDICAT DEPARTEMENTAL D’ELECTRICITE ET DU GAZ DU HAUT-RHIN

Conseil Municipal de Mulhouse le 27 mai 2016

Ce rapport est l’occasion d’aborder la question de l’énergie dans le futur pour Mulhouse ville connectée avec l’installation du compteur intelligent LINKY et de la polémique qui s’est installée autour de cet outil en cours de déploiement à Mulhouse (mais il y a aussi le compteur Gaspar pour le gaz et les nouveaux compteurs d’eau).

Sans vouloir faire le débat de fond, la presse a fait un dossier complet il y a quelques jours, il y a pourtant des questions à se poser sur les réseaux électriques intelligents et en tout cas, surtout des réponses à apporter, puisque on voit se développer depuis des mois, un fort mouvement d'opposition au sein duquel des associations et des maires qui prônent la résistance à Linky au nom de l'intérêt général, de la santé du citoyen et des libertés publiques.

Il y a un certain nombre de discussions et d’études en cours, nous savons que l’Association des Maires de France a posé des questions au gouvernement ne sachant pas vraiment apporter toutes les réponses nécessaires. Mais il appartient également à votre équipe, Monsieur le Maire, de renseigner au plus près les habitants qui sont équipés actuellement et qui bien souvent ignorent tout de cet appareil appelé à être généralisé en France, contrairement d’ailleurs à nos voisins allemands qui ont refusé en adoptant une position différente face à Bruxelles et sa directive, les allemands ont décidé de n’équiper que les foyers consommant plus de 6 000 kilowattheures (kWh) par an, décision prise après une étude d’impact avantage/coût. Car si des zones d’ombre doivent être levées par l’Etat, on ne peut sérieusement penser que le Maire d’une grande ville n’a pas d’avis ou de réaction face à cette difficulté alors que vous aviez fièrement twitté lors de la pose du premier compteur à Mulhouse (par une société marseillaise alors que nous avons de nombreux spécialiste à Mulhouse…)

Les grandes questions sont : est-ce que ce système est dangereux pour la santé ? est-ce que notre vie privée sera suffisamment respectée avec les nombreuses données que cet appareil pourraient fournir ? est-ce que la cyber-sécurité est suffisamment assurée ? Est-ce que le consommateur d’énergie va réellement se muer en comsom-acteur ? et enfin, au final, est-ce que cet outil va véritablement permettre des économies pour l’usager ? Autant de questions auquel il faut répondre en accompagnant l’installation qui a cours dans notre ville. Car le citoyen doit être informé avant de prendre une décision car il a, contrairement aux communes, la possibilité de refuser l’installation de ce compteur.

La transition énergétique c’est aussi important que d’autres sujets, elle mérite plus d’explication, plus d’implication, plus de débat. C’est pourquoi nous vous demandons au minimum l’organisation d’un débat public sur l’installation de ces compteurs intelligents à Mulhouse qui devraient constituer le maillon essentiel d'un nouveau système technique pour les réseaux électriques intelligents du futur, les smart grids.

INTERVENTION SUR LE PROJET DE PERIMETRE DE FUSION DE LA COMMUNAUTE D’AGGLOMERATION MULHOUSE ALSACE AGGLOMERATION ET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES PORTE DE FRANCE-RHIN SUD

Conseil municipal de Mulhouse du 27 mais 2016

Pour nous prononcer sur ce projet, il est important de rappeler quelques éléments de cadre. Cette proposition émane de la loi NOTRe et de la volonté de faire progresser notre organisation territoriale avec quelques orientations claires dont la cohérence spatiale, l’accroissement de la solidarité financière et territoriale ou encore la suppression des structures qui feraient double-emploi, pour ne citer que quelques orientations tout à fait pertinentes à l’origine de cette évolution du schéma départemental de coopération intercommunal.

Le périmètre de la Communauté d’Agglomération Mulhouse Alsace Agglomération (M2A) et de la communauté de communes Porte de France Rhin Sud (CCPFRS) correspond à celui du bassin de vie de Mulhouse, du syndicat mixte portant le schéma de cohérence territoriale de la région mulhousienne et du pays de la région mulhousienne : la cohérence spatiale ne se discute pas. Les territoires de ces deux EPCI sont fortement marqués par une logique d’infrastructures (ports de Mulhouse Rhin, port industriel de Mulhouse-Ottmarsheim et port de Mulhouse-Ile Napoléon) au service de grandes entreprises industrielles. L’évolution de l’intercommunalité sera déterminante pour l’avenir de ce territoire dans la perspective du transfert des ports départementaux aux collectivités ou groupements intéressés prévu par la loi NOTRe.

Or, s’agissant de la CCPFRS, seul le conseil municipal de Hombourg s’est prononcé favorablementsur la fusion. Les autres communes membres de la CCPFRS ont exprimé les positions suivantes : -les conseils municipaux de Bantzenheim et Chalampé ont souhaité que soit examinée la possibilité d’un rapprochement avec l’EPCI issu de la fusion des communautés de communes Essor du Rhin et du Pays de Brisach (cf infra)

- les conseils municipaux de Niffer, Ottmarsheim et Petit-Landau ont souhaité un rapprochement avec la communauté d’agglomération des Trois Frontières.

Nous avons bien sûr suivi avec intérêt et quelque fois surprise les débats agités qui se sont déroulés à ce sujet dans les communes et même si par moment il semblait que d’autres enjeux très locaux se mêlaient au débat, il nous faut soulever une question. A l’heure où nos concitoyens prennent de plus en plus leur distance avec leurs élus et leurs institutions, à l’heure où la démocratie participative, les conseils citoyens se multiplient et se réinventent, comment pourrions-nous ignorer l’opposition manifestée en donnant notre avis sur ce projet.

C’est évidemment impossible et c’est pourquoi nous demandons la mise en place d’un processus de rapprochement entre les citoyens, les élus de notre conseil avec ceux des communes de la CCPFRS afin que les femmes et les hommes puissent se parler, ce qui, hélas, n’a pas été le cas encore. Faire connaissance, se parler, échanger sur des envies communes pour construire ensemble notre avenir, cela paraît encore le meilleur moyen de consolider notre action. Nous sommes persuadés que dans ce dossier, il faut redonner à l’humain la place qu’il mérite, c'est-à-dire, la place centrale. C’est dans cet état d’esprit positif que nous voterons pour cette délibération mais un égard particulier pour l’expression des habitants qui refusent et à qui nous avions envie de dire ce soir : « N’ayez pas peur de nous ! »

vendredi 4 décembre 2015

Voter c'est exister !

Je suis n°2 sur la liste du Haut-Rhin menée régionalement par Jean-Pierre Masseret. Dimanche, ainsi que le dimanche d'après, vous serez appelés à voter pour les élections régionales. La campagne s'achève...

Une campagne marquée par les évènements tragiques du 13 novembre.

"J'ai reconnu le bonheur au bruit qu'il a fait en partant."

Il a été très difficile de la reprendre et pourtant... Quelle meilleure réponse à cette folie meurtrière qu'une démocratie vivante et debout. La guerre n'est pas la solution. Pourtant, l'Etat d'urgence est décrété,la haine se déchaine et la gauche se fracture de toutes parts. Le nationalisme est en marche alors que les problèmes et les solutions sont désormais mondiaux. Le monde change et ce n'est pas fini...Numérique, changements climatiques...

L'heure est à la reconstruction à tous les niveaux, localement comme mondialement, pour que nous puissions améliorer le "vivre ensemble".

Dimanche, c'est régionalement que nous vous proposons de reconstruire en défendant une méthode qui partirait des territoires et de leurs initiatives. Accompagner les alternatives locales plutôt que d'imposer par le haut, voilà notre credo. Dimanche, c'est vous qui choisissez et ce n'est pas le moment de laisser les autres le faire à votre place !

mardi 13 octobre 2015

INTERVENTION D’OUVERTURE DE CONSEIL MUNICIPAL DE MULHOUSE

Monsieur Le Maire, Chers Collègues,

Nous nous retrouvons pour la première fois en Conseil Municipal à cet horaire qui nous est imposé sans concertation et qui ne participe pas à la démocratisation de ce moment de la vie municipale, d’autant que malgré le déménagement pour raison technique au parc expo et malgré votre amour pour les nouvelles technologies, Monsieur Le Maire, le conseil municipal n’est toujours pas rediffusé en direct sur Internet comme c’est le cas depuis longtemps maintenant dans beaucoup de villes de France. L’avenir nous dira si l’arrivée du nouveau salarié le DIGITAL CHIEF OFFICER chargé d’accompagner la mutation numérique de notre ville aura un impact en permettant grâce aux économies qu’il devrait permettre de faire de financer par exemple la démocratie numérique.

Nous regrettons également d’être désormais obligés de lire la presse régionale? néanmoins excellente, pour apprendre des décisions aussi importantes que par exemple la fermeture de l’Auberge de Jeunesse de Mulhouse, certes compétence intercommunale. Souvenons-nous que les premières auberges de jeunesse se sont développées en 1936 sous l’impulsion du Front Populaire à l’initiative de Léo LAGRANGE, un socialiste. Vous comprendrez dès lors que nous serons extrêmement attentifs à ce dossier pour que les valeurs portées par Léo LAGRANGE survivent à cette fermeture et que le tourisme ne perde pas cette offre économique.

Mais au-delà de ces considérations, l’ordre du jour va nous permettre de faire un tour d’horizon de la vie mulhousienne dans un contexte général troublé par les questions géopolitiques, économiques et écologiques. Au regard des crises que nous vivons actuellement, les décisions que nous prenons ici ont donc une importance croissante. Cela demande une implication à 100 % du maire d’une ville de 100 000 habitants, un engagement que vous aviez pris, comme celui de ne pas augmenter les impôts...

Tout cela est fort regrettable car notre ville et ses habitants, est pauvre, la plus pauvre des villes de 100 000 habitants, vous l’avez encore écrit récemment dans une lettre adressée au Président de la République. Il faudra s’en souvenir au moment où vous nous proposerez tout à l’heure de voter des subventions en baisse pour les associations qui luttent contre l’exclusion... Pour revenir à cette lettre, elle a été publiée dans Valeurs actuelles, ce journal dont il faut souligner qu’il est devenu le principal canal d’expression des cadres du Front National depuis leur rupture avec Minute et l’hebdomadaire de chevet des électeurs les plus à droite de l’ancienne UMP, probablement les mêmes qui soutiennent aujourd’hui Nadine Morano... Nous aurions préféré qu’elle s’adresse à nous, élus mulhousiens, pour nous proposer de travailler ensemble au-delà des responsabilités qui incombent à l’Etat et auxquelles il doit bien entendu répondre.

Outre la publication d’une lettre d’un maire de Mulhouse dans un tel journal, le débat que vous soulevez mérite plus : il mérite la création d’une mission d’information et d’évaluation sur la question de la politique d’intégration de cette ville au sein d’une agglomération bien plus large. L’enjeu c’est la cohésion sociale qui ne doit pas nous obliger à choisir entre humanisme et gestion mais qui doit nous obliger à travailler ici avec l’ensemble du monde associatif et des élus qui souhaitent le faire. Votre méthode de gouvernance malgré son vernis citoyen va à l’encontre de ce dont nous avons besoin, c’est vraiment regrettable.

La question qui se posera tout à l’heure avec la discussion autour du vœux déposée par ma collègue Djamila Sonzogni, ce n’est pas de débattre de la manière dont l’Etat français ou l’Union européenne assument leurs responsabilités respectives face à la crise des réfugiés. La question doit tout simplement être « devons nous, oui ou non, accueillir dans notre ville ces réfugiés, victimes de conflits armés, qui frappent aux portes de l’Europe ? ». Notre responsabilité est incontestablement de le faire et d’afficher haut et fort notre solidarité au niveau de la ville comme de l’agglomération.

Si j’évoque notre agglomération, c’est parce que de plus en plus, les politiques se construisent à cette échelle. Or il est un débat que nous n’avons pas du tout abordé au sein de ce conseil c’est celui de la création d’une Communauté Urbaine. Pour une démarche qui devrait aboutir en 2016, il est temps de l’aborder avec les élus de cette ville. C’est d’autant plus important que la question des compétences et la question financière sont déterminantes. Alors que vous ne ratez pas une occasion pour rappeler la baisse des dotations de l’Etat, vous ne vous élevez jamais contre le partage inéquitable des ressources de ce qui fut la taxe professionnelle avec comme gros contributeur le groupe PSA. Jusqu’à quand accepterez-vous Monsieur Le Maire une telle injustice pour notre ville si pauvre ? Cette problématique existe d’ailleurs aussi pour la M2A dont les possibilités financières sont aussi limitées parce qu’elle reverse trop d’argent à certaines communes, c’est la chambre régionale des comptes qui le soulignait dans son dernier rapport. En aucun cas, nous ne pourrons accepter que la création de la communauté urbaine ne soit pas l’occasion de revoir la répartition des ressources dans notre territoire et donc du pacte financier qui liera les communes de cette nouvelle collectivité.

Qu’en est-il des compétences et des équipements qui seraient transférés à la Communauté Urbaine de Mulhouse, allez-vous au moins réussir à alléger les charges de centralité de notre ville lors de cette mutation ?

Comme vous le voyez, Monsieur Le Maire, nous sommes prêts à nous investir pour notre ville et à défendre l’humanisme rhénan qui nous caractérise, à vous de décider quelle place vous laisserez à tous ceux qui souhaitent le faire !

mercredi 3 juin 2015

DECLARATION DE CANDIDATURE AU POSTE DE PREMIER SECRETAIRE FEDERAL DU PARTI SOCIALISTE DU HAUT-RHIN

Chers camarades, Chers amis,

Merci d’être là pour ce congrès fédéral et je vous salue chaleureusement toutes et tous …

Rassembler, Rénover, Réussir… Depuis ce matin, ce sont les mots qui occupent mon esprit. Après cet épisode démocratique interne, nous devons désormais revenir à l’essentiel : nous tourner vers la société et défendre nos valeurs de gauche ! Aujourd’hui, les motions A, B, C et D doivent se rassembler et désormais travailler ensemble pour répondre aux problèmes des Français, c’est pour cela que nous faisons de la politique, ne l’oublions pas ! Notre outil, le parti socialiste, doit se rénover. Pendant que nous nous occupons de nos affaires, le monde ne s’est pas arrêté de tourner.

Les crises écologiques, financières, démocratiques sont devant nous et les solutions d’hier ne seront pas forcément adaptées au monde d’aujourd’hui et encore moins à celui de demain. Nous devons nous régénérer, sortir des sentiers battus, innover dans nos pratiques comme dans nos propositions. Si nous ne le faisons pas, dans le Haut-Rhin, comme partout en France et en Europe, nous allons perdre la confiance des citoyens, des sympathisants et des militants. C’est donc une véritable stratégie de reconquête des citoyens que nous devons organiser dès maintenant, en proposant une véritable alternative politique au capitalisme débridé qui détruit notre société et notre monde. L’heure est à l’éco-socialisme, mes chers camarades, et chacun d’entre nous peut contribuer à une nouvelle proposition politique digne du XXIe siècle et d’un développement durable. Enfin réussir, et réussir, c’est obtenir des résultats dans nos politiques et gagner des élections face à la droite même républicaine et contre l’extrême droite.

Mes chers camarades, mes chers amis, il est temps de nous réveiller et de regarder la vraie ligne de front, elle est devant nous, chaque jour dans le quotidien de tous ceux qui luttent pour vivre dignement, voire pour survivre. Elle est à l’horizon des élections régionales où nous devrons porter le fer d’une seule voie, et enfin en 2017 pour regagner les élections présidentielles car je ne veux pas croire que nous laisserons revenir Nicolas Sarkozy ou pire, laisser le Front National déshonorer notre pays.

Car les enseignements de l’histoire doivent nous servir de leçon, alors que notre République vient d’honorer, Germaine Tillion, Geneviève De Gaulle-Anthonioz , Pierre Brossolette et Jean Zay sachons défendre fermement les valeurs qu’ils ont portées, pour lesquelles, ils se sont battus, jusqu’au sacrifice de leur vie pour deux d’entre eux. Comme le disait Germaine Tillion « Notre patrie ne nous est chère qu'à la condition de ne pas devoir lui sacrifier la vérité.»

Ce discours de vérité mes chers camarades, mes chers amis, je viens de le tenir devant vous et c’est pour toutes ces raisons, et beaucoup d’autres, que j’ai l’honneur de vous présenter ce soir ma candidature au poste de 1ère Secrétaire fédérale du Haut-Rhin.

- page 1 de 49