Cléo Schweitzer

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 4 décembre 2015

Voter c'est exister !

Je suis n°2 sur la liste du Haut-Rhin menée régionalement par Jean-Pierre Masseret. Dimanche, ainsi que le dimanche d'après, vous serez appelés à voter pour les élections régionales. La campagne s'achève...

Une campagne marquée par les évènements tragiques du 13 novembre.

"J'ai reconnu le bonheur au bruit qu'il a fait en partant."

Il a été très difficile de la reprendre et pourtant... Quelle meilleure réponse à cette folie meurtrière qu'une démocratie vivante et debout. La guerre n'est pas la solution. Pourtant, l'Etat d'urgence est décrété,la haine se déchaine et la gauche se fracture de toutes parts. Le nationalisme est en marche alors que les problèmes et les solutions sont désormais mondiaux. Le monde change et ce n'est pas fini...Numérique, changements climatiques...

L'heure est à la reconstruction à tous les niveaux, localement comme mondialement, pour que nous puissions améliorer le "vivre ensemble".

Dimanche, c'est régionalement que nous vous proposons de reconstruire en défendant une méthode qui partirait des territoires et de leurs initiatives. Accompagner les alternatives locales plutôt que d'imposer par le haut, voilà notre credo. Dimanche, c'est vous qui choisissez et ce n'est pas le moment de laisser les autres le faire à votre place !

mardi 13 octobre 2015

INTERVENTION D’OUVERTURE DE CONSEIL MUNICIPAL DE MULHOUSE

Monsieur Le Maire, Chers Collègues,

Nous nous retrouvons pour la première fois en Conseil Municipal à cet horaire qui nous est imposé sans concertation et qui ne participe pas à la démocratisation de ce moment de la vie municipale, d’autant que malgré le déménagement pour raison technique au parc expo et malgré votre amour pour les nouvelles technologies, Monsieur Le Maire, le conseil municipal n’est toujours pas rediffusé en direct sur Internet comme c’est le cas depuis longtemps maintenant dans beaucoup de villes de France. L’avenir nous dira si l’arrivée du nouveau salarié le DIGITAL CHIEF OFFICER chargé d’accompagner la mutation numérique de notre ville aura un impact en permettant grâce aux économies qu’il devrait permettre de faire de financer par exemple la démocratie numérique.

Nous regrettons également d’être désormais obligés de lire la presse régionale? néanmoins excellente, pour apprendre des décisions aussi importantes que par exemple la fermeture de l’Auberge de Jeunesse de Mulhouse, certes compétence intercommunale. Souvenons-nous que les premières auberges de jeunesse se sont développées en 1936 sous l’impulsion du Front Populaire à l’initiative de Léo LAGRANGE, un socialiste. Vous comprendrez dès lors que nous serons extrêmement attentifs à ce dossier pour que les valeurs portées par Léo LAGRANGE survivent à cette fermeture et que le tourisme ne perde pas cette offre économique.

Mais au-delà de ces considérations, l’ordre du jour va nous permettre de faire un tour d’horizon de la vie mulhousienne dans un contexte général troublé par les questions géopolitiques, économiques et écologiques. Au regard des crises que nous vivons actuellement, les décisions que nous prenons ici ont donc une importance croissante. Cela demande une implication à 100 % du maire d’une ville de 100 000 habitants, un engagement que vous aviez pris, comme celui de ne pas augmenter les impôts...

Tout cela est fort regrettable car notre ville et ses habitants, est pauvre, la plus pauvre des villes de 100 000 habitants, vous l’avez encore écrit récemment dans une lettre adressée au Président de la République. Il faudra s’en souvenir au moment où vous nous proposerez tout à l’heure de voter des subventions en baisse pour les associations qui luttent contre l’exclusion... Pour revenir à cette lettre, elle a été publiée dans Valeurs actuelles, ce journal dont il faut souligner qu’il est devenu le principal canal d’expression des cadres du Front National depuis leur rupture avec Minute et l’hebdomadaire de chevet des électeurs les plus à droite de l’ancienne UMP, probablement les mêmes qui soutiennent aujourd’hui Nadine Morano... Nous aurions préféré qu’elle s’adresse à nous, élus mulhousiens, pour nous proposer de travailler ensemble au-delà des responsabilités qui incombent à l’Etat et auxquelles il doit bien entendu répondre.

Outre la publication d’une lettre d’un maire de Mulhouse dans un tel journal, le débat que vous soulevez mérite plus : il mérite la création d’une mission d’information et d’évaluation sur la question de la politique d’intégration de cette ville au sein d’une agglomération bien plus large. L’enjeu c’est la cohésion sociale qui ne doit pas nous obliger à choisir entre humanisme et gestion mais qui doit nous obliger à travailler ici avec l’ensemble du monde associatif et des élus qui souhaitent le faire. Votre méthode de gouvernance malgré son vernis citoyen va à l’encontre de ce dont nous avons besoin, c’est vraiment regrettable.

La question qui se posera tout à l’heure avec la discussion autour du vœux déposée par ma collègue Djamila Sonzogni, ce n’est pas de débattre de la manière dont l’Etat français ou l’Union européenne assument leurs responsabilités respectives face à la crise des réfugiés. La question doit tout simplement être « devons nous, oui ou non, accueillir dans notre ville ces réfugiés, victimes de conflits armés, qui frappent aux portes de l’Europe ? ». Notre responsabilité est incontestablement de le faire et d’afficher haut et fort notre solidarité au niveau de la ville comme de l’agglomération.

Si j’évoque notre agglomération, c’est parce que de plus en plus, les politiques se construisent à cette échelle. Or il est un débat que nous n’avons pas du tout abordé au sein de ce conseil c’est celui de la création d’une Communauté Urbaine. Pour une démarche qui devrait aboutir en 2016, il est temps de l’aborder avec les élus de cette ville. C’est d’autant plus important que la question des compétences et la question financière sont déterminantes. Alors que vous ne ratez pas une occasion pour rappeler la baisse des dotations de l’Etat, vous ne vous élevez jamais contre le partage inéquitable des ressources de ce qui fut la taxe professionnelle avec comme gros contributeur le groupe PSA. Jusqu’à quand accepterez-vous Monsieur Le Maire une telle injustice pour notre ville si pauvre ? Cette problématique existe d’ailleurs aussi pour la M2A dont les possibilités financières sont aussi limitées parce qu’elle reverse trop d’argent à certaines communes, c’est la chambre régionale des comptes qui le soulignait dans son dernier rapport. En aucun cas, nous ne pourrons accepter que la création de la communauté urbaine ne soit pas l’occasion de revoir la répartition des ressources dans notre territoire et donc du pacte financier qui liera les communes de cette nouvelle collectivité.

Qu’en est-il des compétences et des équipements qui seraient transférés à la Communauté Urbaine de Mulhouse, allez-vous au moins réussir à alléger les charges de centralité de notre ville lors de cette mutation ?

Comme vous le voyez, Monsieur Le Maire, nous sommes prêts à nous investir pour notre ville et à défendre l’humanisme rhénan qui nous caractérise, à vous de décider quelle place vous laisserez à tous ceux qui souhaitent le faire !

mercredi 3 juin 2015

DECLARATION DE CANDIDATURE AU POSTE DE PREMIER SECRETAIRE FEDERAL DU PARTI SOCIALISTE DU HAUT-RHIN

Chers camarades, Chers amis,

Merci d’être là pour ce congrès fédéral et je vous salue chaleureusement toutes et tous …

Rassembler, Rénover, Réussir… Depuis ce matin, ce sont les mots qui occupent mon esprit. Après cet épisode démocratique interne, nous devons désormais revenir à l’essentiel : nous tourner vers la société et défendre nos valeurs de gauche ! Aujourd’hui, les motions A, B, C et D doivent se rassembler et désormais travailler ensemble pour répondre aux problèmes des Français, c’est pour cela que nous faisons de la politique, ne l’oublions pas ! Notre outil, le parti socialiste, doit se rénover. Pendant que nous nous occupons de nos affaires, le monde ne s’est pas arrêté de tourner.

Les crises écologiques, financières, démocratiques sont devant nous et les solutions d’hier ne seront pas forcément adaptées au monde d’aujourd’hui et encore moins à celui de demain. Nous devons nous régénérer, sortir des sentiers battus, innover dans nos pratiques comme dans nos propositions. Si nous ne le faisons pas, dans le Haut-Rhin, comme partout en France et en Europe, nous allons perdre la confiance des citoyens, des sympathisants et des militants. C’est donc une véritable stratégie de reconquête des citoyens que nous devons organiser dès maintenant, en proposant une véritable alternative politique au capitalisme débridé qui détruit notre société et notre monde. L’heure est à l’éco-socialisme, mes chers camarades, et chacun d’entre nous peut contribuer à une nouvelle proposition politique digne du XXIe siècle et d’un développement durable. Enfin réussir, et réussir, c’est obtenir des résultats dans nos politiques et gagner des élections face à la droite même républicaine et contre l’extrême droite.

Mes chers camarades, mes chers amis, il est temps de nous réveiller et de regarder la vraie ligne de front, elle est devant nous, chaque jour dans le quotidien de tous ceux qui luttent pour vivre dignement, voire pour survivre. Elle est à l’horizon des élections régionales où nous devrons porter le fer d’une seule voie, et enfin en 2017 pour regagner les élections présidentielles car je ne veux pas croire que nous laisserons revenir Nicolas Sarkozy ou pire, laisser le Front National déshonorer notre pays.

Car les enseignements de l’histoire doivent nous servir de leçon, alors que notre République vient d’honorer, Germaine Tillion, Geneviève De Gaulle-Anthonioz , Pierre Brossolette et Jean Zay sachons défendre fermement les valeurs qu’ils ont portées, pour lesquelles, ils se sont battus, jusqu’au sacrifice de leur vie pour deux d’entre eux. Comme le disait Germaine Tillion « Notre patrie ne nous est chère qu'à la condition de ne pas devoir lui sacrifier la vérité.»

Ce discours de vérité mes chers camarades, mes chers amis, je viens de le tenir devant vous et c’est pour toutes ces raisons, et beaucoup d’autres, que j’ai l’honneur de vous présenter ce soir ma candidature au poste de 1ère Secrétaire fédérale du Haut-Rhin.

mardi 17 février 2015

LETTRE N°5 D'UNE CONSEILLERE REGIONALE D'ALSACE

Bonjour, J'ai le plaisir de vous présenter ma lettre n°5 qui donne des nouvelles de mon action au sein du Conseil Régional d'Alsace. Depuis le début d'année, la préparation du regroupement des trois régions occupe tous les acteurs. Les administrations se rencontrent, tantôt en Alsace, tantôt en Lorraine ou en Champagne-Ardenne. On compare les modes de travail, les outils, les logiciels. Au niveau politique, les différentes sensibilités se rencontrent, et comparent les dispositifs dans toutes les thématiques. Il faudra, dans quelques mois, présenter un projet politique aux citoyens... et une équipe solide et soudée prête à affronter une période et un mandat difficile et complexe. L'expérience aura son importance, c'est pourquoi le choix de Jean-Pierre Masseret, actuel président de la Région Lorraine, s'est imposé aux socialistes pour diriger la future région Grand Est. Il s'agit maintenant d'organiser par département, la campagne. Bulletin_Regional_n5_fevrier2015.pdf

jeudi 29 janvier 2015

INTERVENTION SUR LE RALLYE D'ALSACE CONSEIL MUNICIPAL DE MULHOUSE JUILLET 2011

Monsieur le Maire, Chers collègues,

Débattre du rallye suppose de tirer les leçons de la première édition. Une bonne partie des engagements et promesses faits à la hâte pour imposer la première édition n’ont pas été tenus. On nous promettait par exemple que les zones de Natura 2000 avaient été évitées pour préserver la faune et la flore. Avant la course, une campagne aurait du être lancée dans la presse pour expliquer la nécessité de respecter la nature. Non seulement il n’en fut rien mais les campeurs installés sur les zones Natura 2000 n’ont même pas reçu la visite des fameux commissaires de course… or l’ensemble des photos et des vidéos publiées ont permis de mesurer l’anarchie de la fréquentation du côté du Grand Ballon et l’incapacité des organisateurs de gérer cela. Or d’un point de vue environnemental, la concentration de public signifie l’érosion des sols et une mise en danger d’espèces farouches… On nous promettait d’évaluer l’empreinte carbone et de compenser ! Après une évaluation qui s’est fait attendre, et qui se contente d'un bilan CO2 simpliste de 2700 tonnes, nous restons toujours en attente des compensations annoncées... il est dès lors difficile de croire que cette année les promesses seront tenues…

Or le problème du rallye ce n’est évidemment pas seulement le bilan carbone. Ce n’est pas non plus seulement la dégradation de quelques milieux naturels, même si son impact sur des écosystèmes déjà fragilisés n’est pas à négliger. C'est aussi celui des pollutions qui n'ont simplement pas fait l'objet de la moindre évaluation : bruit infernal, ozone, particules -micro et autres- qui toutes ont un impact lourd sur la santé des humains et de la faune des environs On annonçait des retombées économiques et de notoriété qui contribueraient au développement économique de l’Alsace. Les preuves de ces dernières restent à trouver à l’heure actuelle. Aucun bilan sérieux n’a été publié à notre connaissance, malgré les engagements… D’un point de vue financier, le déficit officiel de la manifestation était de 500 000 euros sur un budget de 2,4 millions d’euros… S’agissant de l’organisation, les professionnels de ce milieu ont parlé je cite de « fiasco total au niveau de l’organisation et de pire épreuve parmi celle qui avait déjà été disputées… voilà pour le vrai bilan catastrophique du rallye de France…

Quant à notre participation financière à ce rallye,

je suis choquée par l’incohérence du message que nous autres les collectivités publiques que ce soit ici ou à la Région, nous délivrons aux citoyens avec nos plans climat : d’un côté on demande au grand public de réduire sa consommation énergétique pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, de l’autre on finance ce type de manifestation sportive extrêmement polluante…

Je rappelle que la participation publique se portera cette année à 1,44 millions d’euros (sans compter le temps de travail des fonctionnaires, les travaux de voiries, les nombreuses dépenses de communication des collectivités, n’avons-nous pas d’autres priorités à financer ?? La France est le seule pays à injecter autant d’argent public… dans une manifestation d’un autre temps qui incite à la violence routière, qui banalise le gaspillage et qui constitue une éducation en totale contradiction avec les enjeux planétaires actuels ! Sans préjuger de l’intérêt que porte une partie du public à ce type de manifestation qui est une vitrine publicitaire pour un nombre important de marques liées au monde de l’automobile, je demande que le rallye soit financé par ces dernières, que le bilan environnemental soit équilibré et que nous autres membres d’instances politiques, nous soyons cohérent dans nos discours et dans nos actes. Dans cette optique là, vous comprendrez Monsieur Le Maire que le votre CONTRE s’impose !

- page 1 de 48