Cléo Schweitzer

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Environnement

Fil des billets

vendredi 21 septembre 2018

Stocamine : chaque jour qui passe est une menace supplémentaire pour notre environnement !

Dans l’attente des préconisations du bureau d’études mandaté par Nicolas Hulot avant son départ du ministère de l’environnement, le rapport parlementaire rendu par trois députés alsaciens souligne la nécessité d’opter pour un déstockage le plus total possible de tous les produits toxiques qui menacent la nappe phréatique d'Alsace. Que de temps perdu dans un dossier qui restera dans les annales en tant que fiasco économique, environnemental et politique dont personne ne veut porter la responsabilité. Il reste l’espoir qu’un déstockage total, y compris du bloc 15, se réalise et que ce dossier serve de leçon pour les futurs projets d’enfouissement de déchets. Le combat continue !

mercredi 3 avril 2013

Communiqué de presse : Relance du dossier Stocamine

Patricia Schillinger, sénatrice du Haut-Rhin, Antoine Home, président du groupe socialiste et démocrate du Conseil Régional, Pierre Freyburger, président du groupe socialiste du Conseil Général, Cléo Schweitzer, conseillère régionale, et Étienne Chamik, porte parole du mouvement Destocamine ont été reçus aujourd’hui par Delphine Batho, Ministre de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'énergie.

Nous lui avons fait part de notre souhait que le déstockage total du site de Stocamine puisse être réalisé, conformément à la position du PS 68.

La Ministre s’est montrée très attentive à nos préoccupations, et a fait part de son attachement à la protection de la nappe phréatique d’Alsace. Elle a rappelé que le déstockage partiel du site résultait de la recommandation d’un comité d’experts, et que le Gouvernement avait mobilisé les moyens budgétaires nécessaires dès la loi de finances 2013. Alors que la procédure de confinement n’est pas encore enclenchée, la Ministre a indiqué qu’elle souhaitait relancer un processus de concertation local qui permettrait de débattre des différentes solutions techniques, y compris le déstockage total. Elle a précisé que cette concertation pouvait être menée rapidement, parallèlement au déstockage partiel.

Après plus de dix années d'inertie des gouvernements de droite sur la gestion du site de Stocamine, nous saluons l’ouverture dont fait preuve la Ministre de l'Ecologie et du Développement Durable, qui est de nature à rassurer tous ceux qui luttent pour la préservation de notre nappe phréatique.

jeudi 9 février 2012

ALERTE AUX PARTICULES !

Le seuil d'alerte aux particules fines PM10 a été dépassé jeudi en Alsace, en raison de l'arrivée d'une masse d'air chaud et de la baisse de la vitesse des vents, a annoncé l'Association pour la surveillance de la pollution atmosphérique en Alsace (ASPA).

Le seuil (80 microgrammes/m3 sur 24 heures) a été dépassé sur trois stations, et devrait l'être dans la journée dans deux autres, à Mulhouse et Strasbourg.

Par mesure de prévention, les préfectures du Bas-Rhin et du Haut-Rhin invitent à limiter les transports routiers de transit et l'usage des véhicules diesel non équipés de filtres à particules, et à éviter le chauffage par le bois et le charbon. Les émetteurs industriels doivent limiter leurs émissions de particules et d'oxydes d'azote.

Les exercices physiques en extérieur sont par ailleurs déconseillés aux enfants, et les adultes sensibles doivent adapter leur activité. Il est aussi recommandé de ne pas pratiquer d'activités sportives violentes ou d'exercices d'endurance à l'extérieur.

Les particules fines PM10, inférieures à 10 microns, sont des micro-poussières en suspension dans l'air, dues à la combustion industrielle et aux moteurs automobiles, ainsi qu'au chauffage urbain. Elles peuvent pénétrer profondément à l'intérieur des poumons.

"L'arrivée d'une masse d'air chaud en altitude, et la baisse de la vitesse du vent ont conduit à un moindre brassage de l'air, verticalement et horizontalement. La stabilisation des basses couches de l'atmosphère conduit à une accumulation des particules fines", a expliqué à l'AFP Julien Bernard, ingénieur études à l'ASPA.

L'alerte devrait pouvoir être levée vendredi, a-t-il ajouté.

La procédure correspondant au dépassement du seuil d'information et de recommandation (50 microgrammes/m3 sur 24 heures) est activée depuis le 30 janvier en Alsace, a rappelé M. Bernard.

samedi 8 octobre 2011

STOCAMINE, UNE BOMBE A RETARDEMENT...

tract__deb._pub.14.10__1_.pdf

mercredi 24 novembre 2010

STOCAMINE, UNE BOMBE A RETARDEMENT...

Voici la demande du groupe socialiste et démocrate de notre Région !

MOTION POUR UN DESTOCKAGE URGENT ET TOTAL DES DECHETS DE STOCAMINE

Stocamine, filiale à 100% des Mines de potasse d'Alsace (MDPA), a stocké dans d’anciennes mines, entre 1999 et 2002, 44.000 tonnes de déchets ultimes dont de l’amiante, du mercure, du cyanure, des résidus d’incinération et des résidus électroniques. La société n’a plus stocké un seul déchet supplémentaire depuis septembre 2002 après un incendie de plus de deux mois au cours duquel une centaine de salariés ont été exposés à des fumées toxiques. Un rapport, commandé en 2008 par le ministre de l'Ecologie, a été remis cet automne. Il examine la solution d'une récupération totale ou partielle des déchets et celle de leur confinement à durée illimitée. "Le choix du confinement définitif conduirait pour sa part à un ennoyage du site à horizon de 100 à 150 ans" et à "un risque de remontée par les puits d'éléments dangereux, à un horizon encore plus lointain (estimée à environ 600 ans après l'ennoyage)" estiment les auteurs de ce rapport. Cette remontée pourrait rendre "l'eau de la nappe phréatique impropre à la consommation en aval immédiat des deux puits qui desservent actuellement le stockage", craignent-ils. Aujourd’hui, la nappe phréatique du Rhin est menacée au vu de : -L’affaissement minier, avec une déformation des galeries qui augmente déjà les risques pour les travailleurs et rend de plus en plus difficile l’accès aux déchets. - la corrosion constatée d’une partie des fûts dont l’étanchéité n’est plus assurée. - Un sous-sol fortement pollué suite à l’incident de 2002. - l’évolution du massif de sel qui emprisonne peu à peu les colis de déchets dangereux. - les risques sismiques qui menacent la stabilité de la zone de confinement.

Considérant sa compétence dans le domaine des eaux souterraines et de la Nappe Phréatique de la Plaine d’Alsace et dans un souci de développement durable, le conseil régional demande à l’Etat de s’engager pour :

- Un déstockage intégral et urgent des déchets - Le maintien des emplois pour une mission de dépollution du site

Pour le groupe Socialiste et Démocrate Cléo Schweitzer

- page 1 de 6