Cléo Schweitzer

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Questions municipales et communautaires

Fil des billets

lundi 30 décembre 2013

LA M2A AU CHEVET DU SITE PSA DE MULHOUSE

Lors du dernier conseil d'agglomération de l'année, une délibération a particulièrement fait l'objet de débats. Il s'agit du projet "Porte Sud" Afin de réduire ses coûts fixes et renforcer sa compétitivité, PSA a entamé un processus de compactage de son activité, libérant ainsi des ensembles immobiliers et des surfaces foncières. Les collectivités alsaciennes sous forme de société d'économie mixte vont acquérir ces biens avec la répartition suivante : 37 % pour le Conseil Régional 25 % pour le Conseil Général 15 % pour PSA Peugeot Citroen 14 % pour Mulhouse Alsace Agglomération (1 million 400 000 euros) 6 % divers établissements financiers dont la CDC 1 % pour la commune de Rixheim 1 % pour la commune de Sausheim 1 % pour la CCI

les bâtiments concernés sont : mécanique A, mécanique C, mécanique D et un ensemble de bâtiments techniques dans un premier temps pour une surface d'environs 100 000 m2 et pour les voieries et terrains libres 378 350 m2. Pour les bâtiments encore occupés par PSA, l'industriel payera un loyer à la SEMPAT SUD ALSACE

On peut s'étonner de la l'absence du Syndicat d'Ile Napoléon créé à la création de la M2A et qui récupère 10 millions des taxes provenant du site, dépouillant ainsi l'agglomération d'une capacité financière plus importante. Par ailleurs, la pérennité du site n'est pas garantie à ce jour et connaissant les difficultés du groupe, nous devons être vigilants tout en anticipant les éventuelles conséquences d'une disparition du premier employeur privé d'Alsace (environ 8000 salariés) ce qui personne ne souhaite mais que tout le monde redoute ! J'ai voté POUR malgré mes réserves car le même processus est en cours à Sochaux et au vu des événements récents en Bretagne, il est à craindre que le site de Mulhouse devienne la variable d'ajustement. Nous avons néanmoins été plusieurs à demander plus de garantie de l'industriel quant à la préservation des emplois.

mardi 17 septembre 2013

INTERVENTION SUR LES MODIFICATIONS DES INDEMNITES DE FONCTION DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL N°1863

Conseil Municipal du 16 septembre 2013

Monsieur le Maire,

Ma question sera brève et simple et c'est vrai la même depuis des années : pourquoi refusez-vous de publier le tableau des indemnités avec la correspondance en euros de nos indemnités ? Ce manque de transparence envers les citoyens n’honore pas la classe politique. La population a le droit de savoir combien gagnent leurs élus. Certes la loi ne précise pas que le tableau obligatoire que vous nous présentez doit intégrer le montant en euros, mais beaucoup de communes le font naturellement, ce qui nous pousse à nous demander pourquoi ce n’est pas le cas à Mulhouse…

INTERVENTION SUR LA CONSTITUTION D’UN GROUPEMENT DE COMMANDE ESPACES VERTS N°1838

Conseil municipal du 16 septembre 2013

Monsieur le Maire, Chers collègues,

De nouvelles pratiques de gestion des espaces verts permettent aujourd’hui de concilier les besoins des citadins et le respect accru de la flore et de la faune locale, ainsi que des démarches favorisant la biodiversité. L’achat de produits et de prestations d’entretien des espaces verts est un moment critique pour favoriser la diffusion de ces nouvelles pratiques. L’entretien des espaces verts est également un domaine intensif en main-d’œuvre et visant des sociétés de service de proximité, et donc particulièrement propice pour développer une politique sociale en intégrant des clauses d’insertion dans les marchés publics. A la lecture de cette convention, nous n’avons pas réussi à cerner votre degré d’exigence aussi bien en matière environnementale que sociale qui devra se traduire dans le cahier des charges. C’est une question importante puisque nous parlons ici d’un marché pour 4 années… Nous vous proposons donc de rajouter dans l’objet la volonté d’intégrer dans cette démarche de regroupement de commandes des objectifs sociaux et environnementaux. La situation sanitaire, avec la présence de nombreux polluants dans notre eau ainsi que le taux de chômage extrêmement élevé le justifierait et permettrait à notre collectivité d’afficher et de réaliser des objectifs plus ambitieux dans ces deux domaines. Nous vous remercions de bien vouloir préciser devant le Conseil si cette aspect était déjà clairement envisagé et si oui de quelle manière et avec quels objectifs.

INTERVENTION SUR LE RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC DE L’EAU POTABLE N°1767

Conseil municipal du 16 septembre 2013

Monsieur le Maire, Chers Collègues,

Nous nous exprimons comme chaque année sur ce rapport important. S’agissant du prix, nous arrivons à 4,09 euros TTC pour un m3… Pour information, à Strasbourg, grâce à une gestion rigoureuse et à des actions efficaces menées les dernières années, d’importante économies ont pu être réalisées tout en maintenant un niveau d’investissement élevé et une exigence forteen matière de qualité sanitaire. Conséquence directe : le prix de l’eau a baissé de 4,8 % au 1er janvier dernier ! A Mulhouse, par contre,on voit bien que la tendance à la hausse se vérifie, année après année, une hausse qui ne va pas peut-être pas s’arrêter puisqu’il faut renouveler les installations et s’adapter aux nouvelles normes environnementales et sanitaires.

Ce constat est un défi pour la collectivité qui doit donc trouver des solutions financières pour assurer ce service avec un tarif raisonnable et équitable tout en conservant un équilibre budgétaire. Nous avons à plusieurs reprises évoqué deux pistes. La première est une chasse au gaspillage et l’objectif d’un meilleur rendement du réseau car aujourd'hui, gaspiller 20 % de la production n'est pas tolérable. Nous devons être meilleurs car toutes les fuites ne sont pas dues aux aléas de la météo ! Vous avez décidé d’agir, notamment avec l’utilisation des nouveaux compteurs, et nous l’approuvons d’autant plus qu’ un décret du 27 janvier 2012, prévoit des sanctions efficaces à l'encontre de ceux qui n'agiraient pas pour réduire le taux de perte au-delà d'un certain seuil...

La seconde piste est une possibilité offerte par la loi qui permettrait à notre ville de mettre en place une tarification progressive qui ferait payer moins cher les premiers mètres cubes d’eau à ceux dont les revenus ne permettent plus d’assurer les dépenses obligatoires et quotidiennes. L’année dernière, à l’occasion du même rapport, vous nous répondiez que vous y réfléchissiez… Qu’en est-il un an après ? En ce qui concerne la qualité de l’eau, on constate une augmentation du nombre des polluants qui n’apparait pas dans le rapport mais que bien des organismes traquent depuis quelques temps. L’Agence Régionale de la Santé a d’ailleurs annoncé qu’elle allait augmenter de manière significative le nombre de molécules recherchées dans le cadre de ses analyses régulières. Désormais on peut trouver des traces de pesticides mais aussi de nitrites, de résidus médicamenteux, de perturbateurs endocriniens, etc, la liste est hélas longue… Liées à l’activité humaines, ces polluants qui pour l’instant ne sont pas traités dans notre circuit d’assainissement, ces polluants pourraient faire l’objet d’une politique préventive initiée par vous Monsieur Le Maire, ce n’est pas le cas et c’est fort regrettable…

Du zéro phyto en ville aux campagnes de sensibilisation en passant par une éducation sur la question de la pollution de l’eau, les actions pourraient être nombreuses dans ce domaine. A ce jour, Mulhouse n’a toujours pas rejoint le club des communes qui ont décidé de ne plus utiliser du tout de polluants dans sa gestion des espaces verts… Ne pas le faire nous expose à un danger, on voit bien avec la nappe de la Hardt dont la reconquête suite aux pollutions de produits phytosanitaire est longue et difficile et a donc un coût non négligeable.

En conclusion nous dirons que si la gestion publique de l’eau à Mulhouse est satisfaisante, notre groupe porte véritablement une affirmation politique dans la volonté de préserver cette ressource vitale qui puisse s’appuyer plus largement sur des politiques de prévention en direction de l’ensemble des Mulhousiens.

lundi 15 avril 2013

DU RIFIFI A MULHOUSE HABITAT !

Il y a quelques temps nous évoquions en conseil municipal les problèmes de Mulhouse Habitat. Réponse floue et balayage des problèmes réels évoqués par un rapport écrit par la mission interministérielle du Logement. Tout est écrit, il n'y a plus qu'à lire... Voici donc ce que vous ne lirez jamais dans l'Echo Mulhousien...

- page 1 de 10