Cléo Schweitzer

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Questions municipales et communautaires

Fil des billets

mardi 17 septembre 2013

INTERVENTION SUR LES MODIFICATIONS DES INDEMNITES DE FONCTION DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL N°1863

Conseil Municipal du 16 septembre 2013

Monsieur le Maire,

Ma question sera brève et simple et c'est vrai la même depuis des années : pourquoi refusez-vous de publier le tableau des indemnités avec la correspondance en euros de nos indemnités ? Ce manque de transparence envers les citoyens n’honore pas la classe politique. La population a le droit de savoir combien gagnent leurs élus. Certes la loi ne précise pas que le tableau obligatoire que vous nous présentez doit intégrer le montant en euros, mais beaucoup de communes le font naturellement, ce qui nous pousse à nous demander pourquoi ce n’est pas le cas à Mulhouse…

INTERVENTION SUR LA CONSTITUTION D’UN GROUPEMENT DE COMMANDE ESPACES VERTS N°1838

Conseil municipal du 16 septembre 2013

Monsieur le Maire, Chers collègues,

De nouvelles pratiques de gestion des espaces verts permettent aujourd’hui de concilier les besoins des citadins et le respect accru de la flore et de la faune locale, ainsi que des démarches favorisant la biodiversité. L’achat de produits et de prestations d’entretien des espaces verts est un moment critique pour favoriser la diffusion de ces nouvelles pratiques. L’entretien des espaces verts est également un domaine intensif en main-d’œuvre et visant des sociétés de service de proximité, et donc particulièrement propice pour développer une politique sociale en intégrant des clauses d’insertion dans les marchés publics. A la lecture de cette convention, nous n’avons pas réussi à cerner votre degré d’exigence aussi bien en matière environnementale que sociale qui devra se traduire dans le cahier des charges. C’est une question importante puisque nous parlons ici d’un marché pour 4 années… Nous vous proposons donc de rajouter dans l’objet la volonté d’intégrer dans cette démarche de regroupement de commandes des objectifs sociaux et environnementaux. La situation sanitaire, avec la présence de nombreux polluants dans notre eau ainsi que le taux de chômage extrêmement élevé le justifierait et permettrait à notre collectivité d’afficher et de réaliser des objectifs plus ambitieux dans ces deux domaines. Nous vous remercions de bien vouloir préciser devant le Conseil si cette aspect était déjà clairement envisagé et si oui de quelle manière et avec quels objectifs.

INTERVENTION SUR LE RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC DE L’EAU POTABLE N°1767

Conseil municipal du 16 septembre 2013

Monsieur le Maire, Chers Collègues,

Nous nous exprimons comme chaque année sur ce rapport important. S’agissant du prix, nous arrivons à 4,09 euros TTC pour un m3… Pour information, à Strasbourg, grâce à une gestion rigoureuse et à des actions efficaces menées les dernières années, d’importante économies ont pu être réalisées tout en maintenant un niveau d’investissement élevé et une exigence forteen matière de qualité sanitaire. Conséquence directe : le prix de l’eau a baissé de 4,8 % au 1er janvier dernier ! A Mulhouse, par contre,on voit bien que la tendance à la hausse se vérifie, année après année, une hausse qui ne va pas peut-être pas s’arrêter puisqu’il faut renouveler les installations et s’adapter aux nouvelles normes environnementales et sanitaires.

Ce constat est un défi pour la collectivité qui doit donc trouver des solutions financières pour assurer ce service avec un tarif raisonnable et équitable tout en conservant un équilibre budgétaire. Nous avons à plusieurs reprises évoqué deux pistes. La première est une chasse au gaspillage et l’objectif d’un meilleur rendement du réseau car aujourd'hui, gaspiller 20 % de la production n'est pas tolérable. Nous devons être meilleurs car toutes les fuites ne sont pas dues aux aléas de la météo ! Vous avez décidé d’agir, notamment avec l’utilisation des nouveaux compteurs, et nous l’approuvons d’autant plus qu’ un décret du 27 janvier 2012, prévoit des sanctions efficaces à l'encontre de ceux qui n'agiraient pas pour réduire le taux de perte au-delà d'un certain seuil...

La seconde piste est une possibilité offerte par la loi qui permettrait à notre ville de mettre en place une tarification progressive qui ferait payer moins cher les premiers mètres cubes d’eau à ceux dont les revenus ne permettent plus d’assurer les dépenses obligatoires et quotidiennes. L’année dernière, à l’occasion du même rapport, vous nous répondiez que vous y réfléchissiez… Qu’en est-il un an après ? En ce qui concerne la qualité de l’eau, on constate une augmentation du nombre des polluants qui n’apparait pas dans le rapport mais que bien des organismes traquent depuis quelques temps. L’Agence Régionale de la Santé a d’ailleurs annoncé qu’elle allait augmenter de manière significative le nombre de molécules recherchées dans le cadre de ses analyses régulières. Désormais on peut trouver des traces de pesticides mais aussi de nitrites, de résidus médicamenteux, de perturbateurs endocriniens, etc, la liste est hélas longue… Liées à l’activité humaines, ces polluants qui pour l’instant ne sont pas traités dans notre circuit d’assainissement, ces polluants pourraient faire l’objet d’une politique préventive initiée par vous Monsieur Le Maire, ce n’est pas le cas et c’est fort regrettable…

Du zéro phyto en ville aux campagnes de sensibilisation en passant par une éducation sur la question de la pollution de l’eau, les actions pourraient être nombreuses dans ce domaine. A ce jour, Mulhouse n’a toujours pas rejoint le club des communes qui ont décidé de ne plus utiliser du tout de polluants dans sa gestion des espaces verts… Ne pas le faire nous expose à un danger, on voit bien avec la nappe de la Hardt dont la reconquête suite aux pollutions de produits phytosanitaire est longue et difficile et a donc un coût non négligeable.

En conclusion nous dirons que si la gestion publique de l’eau à Mulhouse est satisfaisante, notre groupe porte véritablement une affirmation politique dans la volonté de préserver cette ressource vitale qui puisse s’appuyer plus largement sur des politiques de prévention en direction de l’ensemble des Mulhousiens.

lundi 15 avril 2013

DU RIFIFI A MULHOUSE HABITAT !

Il y a quelques temps nous évoquions en conseil municipal les problèmes de Mulhouse Habitat. Réponse floue et balayage des problèmes réels évoqués par un rapport écrit par la mission interministérielle du Logement. Tout est écrit, il n'y a plus qu'à lire... Voici donc ce que vous ne lirez jamais dans l'Echo Mulhousien...

vendredi 15 février 2013

INTERVENTION PARC STEINBACH ET PLACE DE LA PAIX conseil municipal du 14 février 2013

Nous vous avons écouté et nous avons lu avec attention votre interview dans les journaux au sujet de ces deux projets d’aménagement que sont le parc steinbach et la Place de la Paix. Nous constatons avec satisfaction que vous avez accepté d’évoluer sur les deux projets, en partie. Il est vrai que les recommandations et réserves des commissaires enquêteurs vous ont aidé à évoluer.

S’agissant du parc Steinbach, les évidentes erreurs dans le projet initial ont été revues : l’implantation inopportune de buis, l’abattage en grand nombre d’arbres sains, une prise en compte insuffisante du style originel et original de l’endroit avec notamment ses différences de nivellements par exemple. Mais quelle énergie il aura fallu, Monsieur le Maire, entre l’opposition municipale et les citoyens organisés en collectif pour en arriver à des conclusions aussi évidentes. Vous estimez que le projet doit encore mûrir, c’est aussi notre avis et avant d’engager les travaux dans cet espace protégé il serait bon de donner une vision claire du projet final afin d’assurer aux Mulhousiens que le caractère particulier et l’âme de cet endroit ne soient pas défigurés par les travaux. Le processus de concertation n’est donc pas clos, loin de là, et si les pelleteuses vont entrer en action sur les voieries adjacentes, nous restons vigilants sur les travaux qui vont démarrer, des travaux que nous approuvons dès lors qu’ils contribuent à la sécurité des piétons et des cyclistes dans cette zone, mais qui ne doivent en aucun cas amputer le parc avant son classement.

S’agissant de la Place de la Paix, quelques arbres supplémentaires vont échapper aux tronçonneuses et nous nous en réjouissons. D’autres seront abattus pour permettre notamment à un paysagiste de travailler sur la perspective entre la place et le parvis de l’église, permettez-nous juste de vous faire remarquer qu’au vu du trafic routier sur cet axe notamment aux heures de sortie de l’établissement Jeanne D’arc, nous sommes surpris par l’approche retenue à moins que le projet de réaménagement de cette place soit accompagné d’un nouveau plan de circulation plus favorable aux piétons ? Ce qui à ce jour n’a pas été annoncé… On le voit bien il subsiste sur les deux projets de nombreux doutes et inquiétudes. Au vu des sommes importantes engagées, plus de 2, 6 millions, et le projet du parc n’est pas comptabilisé dans ce calcul… Nous espérons que les Mulhousiens seront satisfaits à défaut d’être remboursés…

Vous l’avez dit les cordons de la bourse se resserre, c’est pourquoi les projets de Mulhouse Grand Centre n’auront pas droit à l’erreur et peut-être qu’une troisième enquête publique permettrait de l’éviter…

- page 2 de 11 -