SÉANCE PLÉNIÈRE CONSEIL REGIONAL 16 et 17 DÉCEMBRE 2010

Intervention de Cléo SCHWEITZER pour le groupe Socialistes et Démocrates Budget Primitif 2011 – Culture et Bilinguisme

En matière culturelle, la Région Alsace a besoin d’un ensemble de concertations, de diagnostics et d’évaluations partagées concernant les grands champs disciplinaires de l’action artistique et culturelle. Cette action prévue vaguement dans votre projet avec un budget d’à peine 5000 euros, que nous aurions souhaité voir aboutir avant la présentation du budget, devra réunir de nombreux acteurs culturels et aider la Région à redéfinir sa politique. Dès le second semestre 2010 la région aurait du s’attacher à organiser des états généraux de la culture non seulement pour procéder à un état des lieux et pour redéployer les efforts consentis vers une plus grande efficience, mais pour fixer quelques objectifs ambitieux à vocation internationale.

Ce que nous retrouvons par contre c’est une baisse réelle, à périmètre constant du budget de la culture de 8, 4 %. Une baisse que nous dénonçons car si les coupes du Conseil Régional sont à ce jour moins importantes que celles des conseils généraux dans ce domaine, nous craignons pour l’avenir de la vie culturelle en Alsace à qui au minimum il faudrait aujourd’hui laisser les aides dont elle dispose pour ne pas menacer des emplois dans ce secteur. Vous avez choisi d’injecter 6 millions d’€ pour les routes, pourquoi pas la culture !

Sur le fond, il manque quelques éléments majeurs à la politique actuelle, qui est finalement encore celle de vos prédécesseurs et dont de nombreux dispositifs sont tout-à-fait estimables. Nous pensons néanmoins que l’action culturelle de la Région doit être plus ouverte à l’architecture contemporaine, aux arts numériques, à l’image et aux nouveaux médias En ce début de XXIème siècle, de nouveaux questionnements se font jour, soulignant le besoin de mobiliser une réflexion collective, autour de ce qu’il convient d’appeler par exemple la révolution numérique, pour mieux appréhender les changements liés aux pratiques numériques et leurs répercussions artistiques, culturelles, économiques, sociales et environnementales, mais aussi pour penser une meilleure intégration de l’internet dans l’ensemble des politiques culturelles et dans les projets artistiques. En occultant ce nouveau champ, ce sont les publics également que vous occultez, en l’occurrence prioritairement ici, les jeunes… Les jeunes pour qui l’accès à la culture nous pose encore des interrogations, des interrogations que le CESA partage dans son avis rendu il y a quelques jours…

Malheureusement votre projet culturel en la matière est vide, pas un seul nouveau dispositif y sera dédié en 2011. Pourtant certains secteurs comme la politique mémorielle ou encore ceux de la valorisation du patrimoine ou de la mise en valeur du patrimoine muséal auraient pu en bénéficier de manière intéressante dans une perspective de dynamisation. La seule référence au numérique se rattachant au dispositif de numérisation des salles de cinéma, un enjeu extrêmement important quand on connaît la place du cinéma dans les pratiques culturelles des Alsaciens et pourtant l’enveloppe attribuée nous paraît largement sous-dimensionnée si l’on considère le coût moyen (70 000 euros) d’équipement par salle et plus si on parle de 3D. Il y a là un vrai risque d’inégalité territoriale qu’il faudra veiller à contrer afin de ne pas accentuer les inégalités qui existent déjà à ce jour.

Il nous manque également une politique régionale complète en faveur du Livre et à cotés de nos médiathèques un Centre Régional du Livre initiateur et coordonateur de manifestations littéraires, voire d’un évènementiel autour du livre : la route du livre en Alsace dans une région qui est le berceau de l’imprimerie ne nous paraîtrait par exemple pas tout à fait déplacé… Alors, certes un projet comme Alsatica existe mais qui le sait à ce jour ? Nous ne retrouvons pas de trace d’un budget dédié à la promotion de cet outil à ce jour encore trop confidentiel à notre grand regret quant au projet d’agrandissement et de rénovation de la Bibliothèque de Sélestat, fait-il partie des projets abandonnés ?

Enfin, et c’est un consensus, il nous manque un évènement digne de la richesse culturelle de notre région pour valoriser notre dimension rhénane en promouvant notre patrimoine. En effet, l’histoire et la culture rhénane de notre région fondent une part significative de notre identité, inséparable de la diversité actuelle de la société alsacienne, entrée dans le 21ième siècle. Nous pensons donc qu’il faut favoriser les projets visant à promouvoir notre patrimoine et notre mémoire en valorisant, par exemple, l’histoire des mines de potasse. Nous ne retrouvons pas la volonté de créer ce temps fort, au contraire, nous sentons une approche de repli sur la question culturelle, ce qui nous apparaît comme une erreur et un choix politique grave pour l’avenir de notre action culturelle en Alsace et en totale contradiction avec les discours « culturels » pendant la campagne des Régionales.

Cette action culturelle importante d’un point de vue économique, l’est aussi en terme de cohésion sociale et votre ligne budgétaire pour soutenir les initiatives interculturelles et/ou interreligieuses nous paraît dans le contexte actuel indispensable mais insuffisante. Pour toutes ces raisons, il est évident que nous ne pouvons pas voter le budget de la culture en l’état. Nous nous abstiendrons donc sur le budget consacré au bilinguisme et sur le budget consacré à la culture, budget en baisse que vous nous présentez ce jour.