Conseil Municipal de Mulhouse, le 16 décembre 2013

Monsieur Le Maire,

C’est en mon nom que je fais cette intervention et en tant que représentante de mon groupe au conseil d’administration de la SERM.

Cette année encore, j’ai refusé de signer ce rapport que vous nous présentez. En effet, j’estime que les fonctions liées à ce mandat sont impossibles à remplir pour moi à savoir contribuer à l’aménagement harmonieux de notre territoire et au contrôle démocratique de la SERM et des opérations qu’elle mène. C’est un problème de transparence que je dénonce ici. Sur la politique de l’habitat par exemple, il est bien difficile pour l’ensemble des conseillers ici présents ou pour tout citoyen qui souhaite s’informer en lisant ce rapport de faire le point de la situation à Mulhouse . Bon nombre de points importants à peine évoqués dans ce rapport méritent des présentations bien plus argumentées et documentées. Je vous suggère de vous inspirer de délibérations et de rapports proposés dans d’autres villes qui permettent réellement l’information du citoyen et des élus qui les représentent. Nous sommes hélas loin du compte à Mulhouse…

Mais c’est aussi un problème de choix politiques que je dénonce ici. Car les enjeux sont importants pour Mulhouse alors qu’un plan intercommunal de l’habitat a vu le jour et que de nombreux programmes immobiliers fleurissent dans les communes limitrophes et ils excèdent largement les capacités d’absorption du marché et les objectifs du PLH. Il y a donc une situation de concurrence entre projets et en particulier avec ceux de Mulhouse qui souffrent de quelques handicaps dont une fiscalité plus lourde. Nous avons des ZAC dont nous devons garantir le succès et donc la commercialisation et l’attractivité sous peine de mettre la Ville dans une situation financière périlleuse. Car c’est notre collectivité qui prend les risques réellement et si vous vous réjouissez d’un compte de résultat moins négatif que prévu pour la Société d’équipement, la situation est nettement plus préoccupante pour certaines grosses opérations engagées.

Dans ce rapport vous évoquez à peine la ZAC FONDERIE et sa commercialisation… Pourtant à lui seul, ce projet mérite des explications plus détaillées pour d’une part comprendre les échecs successifs de commercialisation, les échecs d’aménagements avec des espaces publics non ou mal aménagés qui donnent un espace paysager déplorable à ce quartier, faut-il rappeler qu’à l’arrivée c’est la qualité de vie au quotidien des Mulhousiens qui est en jeu ? Mais on pourrait également évoquer le projet énergétique dont l’ADEME régionale avait été saisies et que la SERM suit avec l’association Mulhouse 100 % et dont on ne sait finalement pas grand chose. De manière générale, ce rapport aurait du présenter de manière synthétique la situation de chaque ZAC avec les évolutions de 2013 puisque je rappelle que nous présentons en décembre 2013 l’activité pour 2012.

Mais sur l’ensemble de ces questions extrêmement importantes pas ou peu d’information, pas plus que sur une opération comme la Maison Engelmann, que vous qualifiez de réussite dans l’édito du rapport annuel de la SERM et dont là aussi le succès semble bien éloigné avec aucune commercialisation d’appartements et déjà des friches commerciales à peine un an après son ouverture et ce malgré des loyers attractifs. Manifestement, nous n’avons pas, Monsieur Le Maire, la même définition du mot réussite, car je me permets de vous rappeler l’objectif que vous annonciez avec la création de ce projet, c’était de rendre l’épicerie du Globe aux Mulhousiens…

Le constat est donc clair : il y a un vrai problème lié à la commercialisation des produits à laquelle il devient urgent de répondre de manière satisfaisante avec un préalable : répondre aux besoins réels du marché avec par exemple des logements plus adaptés à des prix abordable ! La Zac de la gare est purement et simplement oubliée dans ce rapport alors que c’est pour Mulhouse un projet important … Qu’en est-il du projet d’une salle de conférence de 400 places au sein des bâtiments de la SIM ?

Mais je pourrais également citer le projet urbain pour lequel la SERM à assister le maitre d’ouvrage pour l’élaboration d’un projet urbain avec un diagnostic et un carnet de projet. S’agissant du diagnostic, il aurait été intéressant de joindre à cette délibération une synthèse de ce dernier. S’agissant du développement commercial, je crois que l’actualité est suffisamment riche pour que je ne développe pas ce point ici mais votre présentation liminaire aurait pu être l’occasion de faire le bilan du MAPIC de cette année, un bilan bien discret à ce jour, peut-être est-ce parce qu’il est bien maigre… Enfin je pourrais citer bien d’autres dossiers comme DMC ou le parc des collines évoqués dans cette délibération ou dans votre plaquette de communication car je ne puis appeler cela un rapport annuel tant les informations sont incomplètes, autant de dossiers que vous gérez en solitaire Monsieur le Maire, sans vraiment donner la possibilité à notre collectivité de travailler et de contrôler les décisions prises au sein de la SERM ;

Pour l’avenir, il nous paraît indispensable de revoir le fonctionnement de cet outil important qu’est la SERM qui remplit des missions qui ne sont pas les siennes. Il faudra notamment réfléchir, avec la M2A, à la création d’un établissement public foncier pour une meilleure gestion du patrimoine et du foncier. En attendant, La SERM devrait donc convoler en noces avec la SEMHA (Société d’économie mixte de Haute –Alsace) il faut espérer qu’après plus de 700 000 euros de pertes cumulés, ce nouveau montage juridique permettra à cet outil de connaître des jours meilleurs.