Monsieur le Maire, Chers collègues,

Débattre du rallye suppose de tirer les leçons de la première édition. Une bonne partie des engagements et promesses faits à la hâte pour imposer la première édition n’ont pas été tenus. On nous promettait par exemple que les zones de Natura 2000 avaient été évitées pour préserver la faune et la flore. Avant la course, une campagne aurait du être lancée dans la presse pour expliquer la nécessité de respecter la nature. Non seulement il n’en fut rien mais les campeurs installés sur les zones Natura 2000 n’ont même pas reçu la visite des fameux commissaires de course… or l’ensemble des photos et des vidéos publiées ont permis de mesurer l’anarchie de la fréquentation du côté du Grand Ballon et l’incapacité des organisateurs de gérer cela. Or d’un point de vue environnemental, la concentration de public signifie l’érosion des sols et une mise en danger d’espèces farouches… On nous promettait d’évaluer l’empreinte carbone et de compenser ! Après une évaluation qui s’est fait attendre, et qui se contente d'un bilan CO2 simpliste de 2700 tonnes, nous restons toujours en attente des compensations annoncées... il est dès lors difficile de croire que cette année les promesses seront tenues…

Or le problème du rallye ce n’est évidemment pas seulement le bilan carbone. Ce n’est pas non plus seulement la dégradation de quelques milieux naturels, même si son impact sur des écosystèmes déjà fragilisés n’est pas à négliger. C'est aussi celui des pollutions qui n'ont simplement pas fait l'objet de la moindre évaluation : bruit infernal, ozone, particules -micro et autres- qui toutes ont un impact lourd sur la santé des humains et de la faune des environs On annonçait des retombées économiques et de notoriété qui contribueraient au développement économique de l’Alsace. Les preuves de ces dernières restent à trouver à l’heure actuelle. Aucun bilan sérieux n’a été publié à notre connaissance, malgré les engagements… D’un point de vue financier, le déficit officiel de la manifestation était de 500 000 euros sur un budget de 2,4 millions d’euros… S’agissant de l’organisation, les professionnels de ce milieu ont parlé je cite de « fiasco total au niveau de l’organisation et de pire épreuve parmi celle qui avait déjà été disputées… voilà pour le vrai bilan catastrophique du rallye de France…

Quant à notre participation financière à ce rallye,

je suis choquée par l’incohérence du message que nous autres les collectivités publiques que ce soit ici ou à la Région, nous délivrons aux citoyens avec nos plans climat : d’un côté on demande au grand public de réduire sa consommation énergétique pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, de l’autre on finance ce type de manifestation sportive extrêmement polluante…

Je rappelle que la participation publique se portera cette année à 1,44 millions d’euros (sans compter le temps de travail des fonctionnaires, les travaux de voiries, les nombreuses dépenses de communication des collectivités, n’avons-nous pas d’autres priorités à financer ?? La France est le seule pays à injecter autant d’argent public… dans une manifestation d’un autre temps qui incite à la violence routière, qui banalise le gaspillage et qui constitue une éducation en totale contradiction avec les enjeux planétaires actuels ! Sans préjuger de l’intérêt que porte une partie du public à ce type de manifestation qui est une vitrine publicitaire pour un nombre important de marques liées au monde de l’automobile, je demande que le rallye soit financé par ces dernières, que le bilan environnemental soit équilibré et que nous autres membres d’instances politiques, nous soyons cohérent dans nos discours et dans nos actes. Dans cette optique là, vous comprendrez Monsieur Le Maire que le votre CONTRE s’impose !