Monsieur le Président, Mes cher(e)s Collègues,

Nous parlons pour ce dernier budget thématique sur l’environnement d’un budget contraint (35 millions et non pas 37 millions comme l’indique votre document à moins qu’il faille un 2 millions d’euros de communication), un petit budget pour un enjeu primordial, celui d’une véritable transition écologique pour la région Grand-Est. Évidemment vous mettez en avant la mutualisation et la coordination des moyens mobilisés avec l’ADEME, les Agences de l’eau et les crédits européens.

Pour ces derniers dont les montants sont conséquents, il nous paraît indispensable que la Région porte une ingénierie plus importante auprès des porteurs de projets régionaux afin de permettre une mobilisation plus efficace pour l’environnement.

Quant à l’Ademe et les Agences de l’eau, nous n’avons à ce jour qu’une visibilité partielle du partage des dossiers par le biais des dispositifs que vous nous soumettez aujourd’hui mais quid du partenariat global ?

Prenons l’exemple de la méthanisation, nous restons sur un dispositif d’étude mais la Région se désengage donc totalement de l’investissement des unités de méthanisation. On peut donc légitimement se poser deux questions : cette filière va-t-elle encore être soutenue suffisamment dans notre région et par ailleurs que sont devenues les enveloppes budgétaires qui étaient destinées la méthanisation et à quels nouveaux investissements sont-elles affectées ? On le voit bien, il y a un manque de transparence dans votre présentation, ceci est d’autant plus regrettable à l’heure où nous endossons le rôle de chef de file sur les questions de transition.

Vous affichez une priorité budgétaire avec 15,9 millions pour la transition énergétique. Or ce n’est un secret pour personne, nous sommes loin, très loin des objectifs affichés dans nos schémas régionaux pour le climat, l’air et l’énergie. Je ne connais pas les chiffres pour 2015 mais peut- être pourriez-vous les donner, mais pour 2014 en Alsace, par exemple, nous étions à 3 % de nos objectifs de rénovation du parc privé et 15 % pour le parc social... Ceci pour souligner combien cette transition énergétique doit faire l’objet de toute notre attention et implication dans sa dimension environnementale évidemment car le climat n’attend pas, mais aussi dans sa dimension économique, et là nous espérons que cette question aura la place qu’elle mérite dans le SRDEII, et enfin dans sa dimension sociale et nous nous félicitons de la volonté affichée de pouvoir accompagner encore plus la rénovation du parc social, c’est évidemment prendre en compte la question de la précarité énergétique dont tout le monde se soucie dans cette assemblée, n'en doutons pas.

Alors au-delà des autres lignes budgétaires présentées ici, évidemment sous-dimensionnées pour faire face aux enjeux, nous souhaitons rappeler que si certains domaines nécessitent de la transversalité, c’est bien l’environnement qui le prouve !

Toutes les politiques de la Région doivent intégrer un volet environnemental plus fort si nous voulons être à la hauteur de notre rôle de chef de file et si nous voulons réellement pouvoir revendiquer un développement durable du Grand Est !

Je voudrais également souligner que les questions de biodiversité, de surveillance et préservation des milieux naturels, toutes ces questions reposent énormément et depuis longtemps sur l’implication citoyenne et bénévole, une implication qui s’étend aux projets participatifs en énergie ou sur les circuits-courts entre producteurs et consommateurs. Le monde associatif est un acteur prépondérant qu’il convient d’accompagner plus fortement lorsqu’il y a besoin de créer des emplois !

Ce qui justifie pleinement l’extension d’un dispositif d’accompagnement des projets collaboratifs et participatifs à l’ensemble de la Région, tandis que d’autres dispositifs, notamment tournés vers les particuliers, sont abandonnés, l’effet levier n’étant pas avéré pour un certain nombre d’entre eux.

Nous nous abstiendrons sur le budget environnement et les dispositifs puisque nous n’avons pas à ce jour une vue complète des dispositifs mutualisés et que nous pensons que la Région doit être encore plus présente aux côtés des acteurs associatifs, qui œuvrent pour notre environnement.

Je vous remercie."