Cléo Schweitzer

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - ENVIRONNEMENT

Fil des billets

dimanche 18 décembre 2016

INTERVENTION SUR LE BUDGET DE L'ENVIRONNEMENT 2017 DE LA REGION GRAND EST

Monsieur le Président, Mes cher(e)s Collègues,

Nous parlons pour ce dernier budget thématique sur l’environnement d’un budget contraint (35 millions et non pas 37 millions comme l’indique votre document à moins qu’il faille un 2 millions d’euros de communication), un petit budget pour un enjeu primordial, celui d’une véritable transition écologique pour la région Grand-Est. Évidemment vous mettez en avant la mutualisation et la coordination des moyens mobilisés avec l’ADEME, les Agences de l’eau et les crédits européens.

Pour ces derniers dont les montants sont conséquents, il nous paraît indispensable que la Région porte une ingénierie plus importante auprès des porteurs de projets régionaux afin de permettre une mobilisation plus efficace pour l’environnement.

Quant à l’Ademe et les Agences de l’eau, nous n’avons à ce jour qu’une visibilité partielle du partage des dossiers par le biais des dispositifs que vous nous soumettez aujourd’hui mais quid du partenariat global ?

Prenons l’exemple de la méthanisation, nous restons sur un dispositif d’étude mais la Région se désengage donc totalement de l’investissement des unités de méthanisation. On peut donc légitimement se poser deux questions : cette filière va-t-elle encore être soutenue suffisamment dans notre région et par ailleurs que sont devenues les enveloppes budgétaires qui étaient destinées la méthanisation et à quels nouveaux investissements sont-elles affectées ? On le voit bien, il y a un manque de transparence dans votre présentation, ceci est d’autant plus regrettable à l’heure où nous endossons le rôle de chef de file sur les questions de transition.

Vous affichez une priorité budgétaire avec 15,9 millions pour la transition énergétique. Or ce n’est un secret pour personne, nous sommes loin, très loin des objectifs affichés dans nos schémas régionaux pour le climat, l’air et l’énergie. Je ne connais pas les chiffres pour 2015 mais peut- être pourriez-vous les donner, mais pour 2014 en Alsace, par exemple, nous étions à 3 % de nos objectifs de rénovation du parc privé et 15 % pour le parc social... Ceci pour souligner combien cette transition énergétique doit faire l’objet de toute notre attention et implication dans sa dimension environnementale évidemment car le climat n’attend pas, mais aussi dans sa dimension économique, et là nous espérons que cette question aura la place qu’elle mérite dans le SRDEII, et enfin dans sa dimension sociale et nous nous félicitons de la volonté affichée de pouvoir accompagner encore plus la rénovation du parc social, c’est évidemment prendre en compte la question de la précarité énergétique dont tout le monde se soucie dans cette assemblée, n'en doutons pas.

Alors au-delà des autres lignes budgétaires présentées ici, évidemment sous-dimensionnées pour faire face aux enjeux, nous souhaitons rappeler que si certains domaines nécessitent de la transversalité, c’est bien l’environnement qui le prouve !

Toutes les politiques de la Région doivent intégrer un volet environnemental plus fort si nous voulons être à la hauteur de notre rôle de chef de file et si nous voulons réellement pouvoir revendiquer un développement durable du Grand Est !

Je voudrais également souligner que les questions de biodiversité, de surveillance et préservation des milieux naturels, toutes ces questions reposent énormément et depuis longtemps sur l’implication citoyenne et bénévole, une implication qui s’étend aux projets participatifs en énergie ou sur les circuits-courts entre producteurs et consommateurs. Le monde associatif est un acteur prépondérant qu’il convient d’accompagner plus fortement lorsqu’il y a besoin de créer des emplois !

Ce qui justifie pleinement l’extension d’un dispositif d’accompagnement des projets collaboratifs et participatifs à l’ensemble de la Région, tandis que d’autres dispositifs, notamment tournés vers les particuliers, sont abandonnés, l’effet levier n’étant pas avéré pour un certain nombre d’entre eux.

Nous nous abstiendrons sur le budget environnement et les dispositifs puisque nous n’avons pas à ce jour une vue complète des dispositifs mutualisés et que nous pensons que la Région doit être encore plus présente aux côtés des acteurs associatifs, qui œuvrent pour notre environnement.

Je vous remercie."

lundi 22 décembre 2014

INTERVENTION SUR LE BUDGET PRIMITIF ENVIRONNEMENT HABITAT 2015

Monsieur le Président, Chers collègues,

Notre lecture du budget relève une baisse tout de même de plus de 430.000€ pour le fonctionnement, une baisse qui se rajoute à celle de l’année passée. Nous sommes conscients des contraintes budgétaires qui pèsent sur les choix, mais nous n’aurions pas fait le même choix au regard d’une certaine urgence environnementale. Près de 40% des espèces alsaciennes figurent sur la liste rouge des espèces éteintes, rares ou menacées tandis que la qualité de la nappe phréatique et de certains cours d’eau est fortement dégradée. Certes, en investissement, on note une augmentation de 252.000€.

La stratégie régionale pour la biodiversité et les paysages est étroitement liée avec un objectif de réduction de la consommation et de l’artificialisation foncières. Nous savons déjà hélas que l’objectif fixé pour la fin de votre mandat, celui d’une diminution de moitié des surfaces agricoles ou naturelles supprimées ne sera pas atteint (il s’agit quand même de passer de 700 hectares à 350 hectares supprimés par année, c’était un engagement que vous aviez pris par écrit dans votre programme en 2010). La plateforme PREFACE co-pilotée avec l’Etat, reste donc plus que jamais indispensable et doit évidemment devenir encore plus un outil incontournable pour l’aménagement du territoire alsacien.

Nous avons une responsabilité forte pour endiguer la perte de milieux naturels et d’espèces patrimoniales. Tous les outils que vous nous proposez y contribuent, néanmoins il est important de partager nos objectifs avec l’ensemble de la population urbaine ou rurale et dans ce cadre, les structures d’éducation doivent être renforcées pour susciter une indispensable prise de conscience collective, à tous les niveaux, c’est un axe qui est clairement évoqué dans votre document budgétaire comme dans le chapitre environnemental d’Alsace 2030 et qui ne se traduit pas assez dans ce budget. Au contraire, leurs budgets de fonctionnement baissent tout comme baissent les crédits à la préservation des milieux naturels, de la lutte contre la pollution, de la promotion des énergies renouvelables.

S’agissant de la politique de l’habitat, nous saluons l’initiative d’un Service Public de l’Efficacité Energétique, il est temps de passer au rythme supérieur pour atteindre là encore des objectifs importants : lutte contre les gaz à effets de serre, économie d’énergie, précarité énergétique, il y a là des enjeux économiques et de justice sociale qui nous sont chers et que nous défendons dans cette enceinte depuis quelques années. La réussite de ce projet sera, une fois de plus, fortement dépendante de l’implication des différents acteurs du territoire et donc de notre capacité à diffuser les informations et la dynamique. C’est un dispositif qui existe en Picardie depuis 2013, et qui a créé une trentaine d’emplois. En 2010, votre programme annonçait la création de quelques milliers d’emplois grâce au saut technologique vers l’énergie positive, pour l’instant nous en sommes encore au BBC.

Ces quelques remarques nous amène à la même conclusion que l’année dernière, nous voterons POUR la partie Habitat-Energie car même si nous souhaitons que les aides soient toujours plus efficaces en termes de gain d’énergie et de lutte contre les inégalités, nous saluons la démarche volontariste de la Région Alsace dans ce domaine avec une augmentation de l’investissement dans le parc locatif y compris social en matière de réhabilitation énergétique, ce que nous avions demandé.

Pour l’environnement, nous nous ABSTIENDRONS considérant que l’environnement de notre territoire est menacé par des politiques locales et par le changement climatique et qu’il ne bénéficie pas de l’effort politique et budgétaire nécessaire.

J’aimerais terminer en remerciant Monique Jung de sa qualité d’écoute, en mon nom et en celui de Dominique Hoeffel et souhaiter qu’en 2015 la commission environnement aille enfin admirer les paysages naturels d’Alsace et des réalisations remarquables en matière d’environnement.