On ne peut que se réjouir de ce projet qui veut penser la place et la qualité de la Nature en ville. C’est un enjeu majeur pour les habitants au vu du contexte extrêmement inquiétant concernant la biodiversité et vous le savez nous assistons actuellement à un véritable effondrement de la biodiversité sauvage (depuis les années 80 nous avons perdu 50 % de nos espèces communes d'oiseaux)... C’est aussi un enjeu de santé publique, d’éducation à l’environnement. Mulhouse est une ville verte et bleue et il était temps en effet de le rappeler, toutes les villes le font désormais car c’est aussi un élément de bien-être pour les habitants. C’est un projet long et coûteux, il reste des zones d’ombres quant à son financement !

Mais nous pouvons déjà nous demander comment cela va être fait. Les maitrises d’ouvrage seront partagées entre la Ville et d’autres partenaires. Nous demandons néanmoins que même quand la Ville n’est pas maître d’œuvre, qu’elle soit très vigilante au déroulé des différents chantiers car le souvenir de l’abattage catastrophique des arbres le long de l’Ill il y a quelques mois à peine nous y oblige. Il faut absolument préserver ce qu’il reste de vie sauvage et de nature aux bords de l’Ill à Mulhouse. Les arbres, arbustes et autres végétaux offrent un refuge à tout un cortège d’animaux, c’est un lieu de vie et de reproduction. On peut y observer notamment les canards hivernants qui passent ici la saison froide et d’autres oiseaux d’eau, mais aussi divers passereaux. Pouvez-vous nous confirmer aujourd’hui qu’il n’y aucun projet dans ce secteur qui pourrait entraver la vie sauvage qui y subsiste ?

Par ailleurs, nous constatons que vous ne faites plus mention de la réouverture du canal de décharge sous la dalle du marché avec la création d’un cheminement en rive droite et des plantations en bordure extérieure des berges ? Vous annoncez des études, mais cela fait 20 ans ou plus que des études se succèdent… Avez-vous renoncé à ce projet qui est un maillon essentiel de la traversée verte de Mulhouse et qui pourtant figurait dans votre préfiguration de Mulhouse diagonales ? et par ailleurs puisqu’il est annoncé, et c’est heureux, que le bâtiment de la rotonde va être conservé sur le site de l’ancienne PUPA, y a-t-il déjà une idée pour son utilisation future ?

Enfin dernière question, la baignade dans l’Ill est-elle un objectif sous-jacent de cette démarche ? A bâle on se baigne dans le Rhin, à Fribourg dans la Dreisam, Strasbourg y songe pour l’Ill dans quelques temps, qu’en est-il à Mulhouse ? Avez-vous anticipé cette idée que l’on trouve de manière elliptique avec la mention les pieds dans l’eau pour le secteur parc des berges de l’Ill ? C’est un débat qui mérite d’exister puisque les bains de l’Ill font partie de l’histoire de Mulhouse et que le dérèglement climatique laisse présager des épisodes caniculaires intenses pour l’avenir… Un mot sur la participation citoyenne et le budget participatif qui est une bonne idée mais qui ne porte pas sur des décisions majeures du projet et dont les porteurs de projets ne sont pas tous très lisibles, qui portera les projets fusionnés ?

Alors pour résumer notre propos, nous considérons que L’Ill et sa forêt galerie, corridor écologique et trait de continuité clé -au cœur de l’agglomération mulhousienne- de la trame verte et bleue de la plaine alsacienne, mérite une attention particulière et on ne peut parler d’aménagement de ses berges sans enfin prendre en compte sur des bases scientifiques l’état des lieux des enjeux en matière de faune, de flore, d’habitats naturels. Le projet de Mulhouse Diagonales doit aussi être l’occasion de poser enfin les bases d’un plan de gestion pluriannuel digne de l’un des éléments majeurs du patrimoine naturel de Mulhouse et de son agglomération. Nous avons obtenu en 2008 le label de ville d’Art et d’histoire dans lequel le patrimoine naturel aurait pu être valorisé…