photo__68_.JPG

Une tradition à dépoussiérer

Les trompe l’œil de notre Hôtel de ville sont certes admirables depuis 1698, et les allégories représentées d’une gouvernance vertueuse sont plus que jamais d’actualité qu’il s’agisse du courage, de l’espérance, la justice, la prudence, la charité ou la tempérance. D’autres fresques comme celle de la Tour du Bollwerk nous rappellent notre passé médiéval … Plus largement les fresques murales de Mulhouse ont beaucoup représenté, le quotidien ou l’histoire des mulhousiens aux différentes époques traversées.

Un art au service de l’histoire, du présent, de l’avenir

La peinture murale est la première histoire de la peinture et joue un rôle social important. Modeste ou exigeante, accessible à tous, elle permet une invitation à la réflexion, de communiquer avantageusement avec chacun d’entre nous tout en embellissant notre cadre de vie . Comment dès lors ne pas regretter de voir disparaître trop rapidement certaines réalisations de grande qualité qui gagneraient à être découverts par les habitants et les touristes au détour d’une simple promenade ou plus encore d’un circuit permanent et enrichi et renouvelé autour de la thématique des murs peints .

Un musée à ciel ouvert

Il suffit de se promener avec curiosité pour découvrir ça et là, des murs peints qui nous racontent une tranche de vie à grand renfort de gris et de couleurs comme pour nous rappeler le passé de Mulhouse spécialisée dans l’étude de colorants ! Des murs historiques, on déambule vers les murs de la période 1980-2000, commandes privées ou publiques et depuis quelques années, de nouveaux murs peints apparaissent avec le mouvement Street Art sous l’impulsion d’artistes locaux talentueux comme Pierre Fraenkel, Orbit 119 ou encore Ferni pour ne citer qu’eux, sans oublier les nombreux graffitistes et tagueurs locaux, mais aussi d’artistes internationaux invités par des collectifs et association comme Epistrophe. C’est d’ailleurs un artiste espagnol, Borondo, qui a magnifié au mois d’aôut le MUR éphémère rue de la Moselle. Une fois de plus le jeu de couleurs entre le gris et le rouge de Mulhouse, les références à l’architecture rhénane du XVIIIe siècle, un parcours brillant et un talent indéniable de l’artiste, le tout couronné pour la première fois par une performance lors du vernissage, donne à ce mur une peinture de noblesse que l’on aimerait conserver même si la démarche éphémère fait partie du travail… Trop tard, Nicolas Blind et Dominique Poirier sont passés par là comme le prouve la photo de l'article, un travail en duo pour LE MUR en septembre !

Quelle politique néomuraliste à Mulhouse ?

Délaissés pendant quelques années, les muralistes ont à nouveau droit de cité dans la ville et nous nous en réjouissons. Dès lors la question de l’accompagnement de cette pratique culturelle se pose afin de permettre à ce mouvement de s’épanouir pleinement à Mulhouse. Des aspects pratiques comme le graff artistique sur les rideaux de fer des commerçants pour éviter le tag disgracieux qui pourrait être soutenus par la collectivité aux innovations technologiques du numérique pour camoufler des travaux, en passant évidemment par les murs peints, la palette est suffisamment large pour qu’une mise en valeur beaucoup plus développé de nos murs soit pensée dans notre ville. Le mur peint est un mode d’expression où l’esthétique et le social se lient en diverses propositions, à nous d’en refaire une spécificité artistique pour notre ville en innovant par le biais de la commande publique mais aussi privée et coopérative !